Louises, les femmes de la Commune

Unpacking my library

 

"I have just found a lovely book, with illustrations by Eloi Valat. It is a book about the women of the Paris Commune (1871). The history of the Commune is well known, and comprehensively documented on the internet. Indeed, Eloi valat has produced four books that revisit the mythology of the Paris Commune in all its brutal, tragic and romantic beauty… of doomed idealism and barbaric violence. […]
Valat's books present the story in illustrated form… not quit as comic books, but in the grand tradition of imagerie d’Epinal, Cran d’Ache, Otto Dix, and George Grosz. There's also something cinematic, at least nodding toward Sergio Leone, in the way that the figures and space are configured…”

Paul Rennie, The New Pamphleteer

«Eloi Valat nous déjà offert de belles planches sur la Commune de Paris et sur Jules Vallès. Chargés d'émotions et de vérité graphique, ses ouvrages sont toujours des partages forts sur cette période forte de l'histoire du mouvement ouvrier. Sa nouvelle publication a pour thème la place des femmes dans la Commune de Paris. […] Les dessins nets et sombres, avec ses à-plats de couleur franche sont d'une très grande modernité et donnent sens aux moments symboles d'une révolution en marche. Les mains particulièrement traduisent le travail qui déforme, la fébrilité des acteurs, l'intensité du combat d'un peuple qui veut vivre dans la dignité et le respect.»

Le Monde Libertaire

«[…] L'ouvrage d’Eloi Valat confronte les documents
– Mémoires, témoignages rapports – à l'imaginaire rétrospectivement engagé de l'artiste. Le dessin, tel un cyclope, déborde les pages qu'il envahit. La férocité anguleuse du trait, la violence des à-plats de couleurs vives, la force nerveuse des gros plans sur les visages et les bras levés, le refus de la psychologie au bénéfice de l'émotion politique, de l'humour et d'une certaine beauté au bénéfice de la violence subie et exprimée, tout rend ce livre remarquable et déstabilisant. La révolte qu'il décrit, qu'il accompagne, se répand sur les pages. Ce sont des géantes et des géants de l'esprit révolutionnaire qu'on observe, et qui pénétrent. […]»

Philippe Lançon, Charlie Hebdo, 17/07/2019